Parlons peu parlons Science

Expérimentation : l’hypoxie en haute altitude

mardi 14 novembre 2017 par Rédaction de Parlons peu parlons Science

© Guénet François / Inserm
Dans cette cage en verre suspendue à 3 842m d’altitude à l’Aiguille du Midi (Chamonix), une expérimentation est en cours pour reproduire les conditions d’un réveil en pleine nuit dans un refuge de haute altitude.

Hypo-quoi ?
Le terme hypoxie désigne une situation où la disponibilité en oxygène est réduite. Cela peut se produire dans le cas de plusieurs pathologiques telles que les maladies respiratoires ou cardiaques.

Qu’est-ce qu’ils font là-dedans ?
Sur cette photographie on peut voir que le Dr Guillaume Séchaud pose des capteurs sur le patient pour mesurer les mouvements de la cage thoracique de ce dernier. De plus, il contrôle la saturation en oxygène.

Les études menées par le CHU de Grenoble et l’unité de recherche Inserm 1042 s’intéressent au lien entre altitude et hypoxie.
En effet, avec l’altitude, la pression barométrique diminue et la quantité d’oxygène disponible s’avère de plus en plus basse. L’individu se retrouve donc exposé à un manque d’oxygène : une acclimatation est donc nécessaire. Les chercheurs travaillent pour mieux comprendre les différences de tolérance à l’hypoxie entre individus et tentent d’exploiter les adaptations à l’hypoxie observées en altitude, à des fins de prévention ou traitement de certaines pathologies.

Pour plus d’infos sur les recherches menées par l’équipe : cliquer ici.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 464 / 159973

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Science en images  Suivre la vie du site Photoscience  Suivre la vie du site © INSERM   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License